Archives par étiquette : participative

Avec la pandémie, les marques ont perdu le contact avec leurs clients !

Selon une étude BVA de mai 2021, 1 Français sur 2 a changé ses habitudes de consommation depuis la crise sanitaire : aucune surprise, mais le plus important c’est que 64% des consommateurs jugent que les marques n’ont pas convaincu pendant la crise. 

Avec la pandémie, les marques ont perdu le contact avec leurs clients !

Selon une étude BVA de mai 2021, 1 Français sur 2 a changé ses habitudes de consommation depuis la crise sanitaire : aucune surprise, mais le plus important c’est que 64% des consommateurs jugent que les marques n’ont pas convaincu pendant la crise. 

Dans le détail, ils ont testé de nouvelles marques plus saines (53%), ont évité toute surconsommation (61%) et veulent en savoir plus sur les politiques de bien-être de leurs salariés (65%). Si la marque ne prend pas en compte rapidement ces dimensions, le client va se détourner rapidement et d’autant plus vite que tous les acteurs sont passés en e-commerce. C’est tellement plus facile de changer de site web que de magasin !

Sur le fond, l’étude va plus loin puisqu’elle isole clairement une tendance qui va bousculer beaucoup d’éco-systèmes de marques : 72% des sondés affirment que les contradictions flagrantes entre le discours et les valeurs des marques font perdre de façon définitive ou durable la confiance des clients ! Les clients ont donc pris le pouvoir à tous les niveaux, il est donc primordial de les associer RÉELLEMENT à la co-création des offres, à l’évolution de la relation client et l’élaboration d’un vrai programme RSE.

Mais comment agir en conciliant les aspects tactiques et stratégiques ? Les études permettent de remonter des metrics essentiels pour la prise de décision mais ne répondent pas à la question de l’association marque-client et donc de l’engagement nécessaire de la marque pour créer une dynamique collaborative. Il faut donc construire un dialogue sincère (pour être crédible), dans la durée (pour capitaliser), agile (pour traiter de nombreux sujets) et robuste (pour prendre des décisions).

La communauté participative (méthode issue de l’open innovation) a quitté les laboratoires et se répand rapidement dans tous les secteurs : banque, retail, marques alimentaires, sport et loisirs, beauté et bien-être ; de nombreux projets structurants émergent. La communauté est une des réponses opérationnelles nécessaires pour répondre au monde d’aujourd’hui…et non pas de demain.

Share

POINT DE VUE – L’apport de l’analyse sémantique dans une dynamique de co-création

Analyse sémantique

L’analyse des contributions postées pendant les projets communautaires, qu’ils soient des idéations, tests de concepts ou bêta-tests, permet d’identifier des grandes tendances, des signaux faibles, des leviers, freins, arguments de promotion, conditions d’appropriation de produits ou services. Le partage des enseignements participe à l’alignement des métiers de l’entreprise et à la prise de décision stratégique. Enfin, un retour sur les résultats, même partiel, à la communauté, entretient la relation entre les différents projets.

  1. Une analyse sémantique chez Fanvoice : pourquoi et à quel moment ?

Grâce à la plateforme participative Fanvoice, les marques peuvent créer et nourrir une relation forte et dans la durée avec leurs communautés (communautés de clients, prospects, collaborateurs, amateurs des produits et services ou curieux des thématiques abordées par la marque).

Cette relation qui se veut constructive, riche, instructive voire inspirante, autant pour la marque que pour les membres de la communauté, est ponctuée de différents projets de co-création à l’année. Selon Fanvoice, il n’existe pas de communauté réelle sans moments forts vécus ensemble. Le lien communautaire se crée bien sur le “faire ensemble”.

Lors de ces projets, les membres des communautés sont donc invités à s’exprimer sur plusieurs thématiques. Ils partagent ainsi leur vision, leurs opinions, leurs attentes, leurs aspirations, leurs jugements, par rapport à un produit ou service, leur perception de la marque elle-même par rapport au sujet proposé.

L’ensemble de données produit (verbatims thématisés, likes et commentaires, réponses à des questions de sondage) constitue un corpus qu’il est possible de consulter en temps réel dans un tableau de bord mais aussi par différentes formes de requêtes : recherche par mots clés, extraction des idées les plus génératrices de débats, des idées les plus appréciées, ou encore les idées les plus illustrées de visuels. Ce corpus est cependant le plus souvent très riche, très volumineux et contient des idées en apparence très diverses voire divergentes.

Dans ce cas, comment appréhender une telle matière ? Comment obtenir les réponses aux questions précises que l’on se pose sur ses projets, ses produits, ses services, son marché, ses clients? Comment saisir, aussi bien les grandes attentes, que les signaux faibles, potentiels annonciateurs de tendances de demain ou même de sujets sensibles ?

Une analyse peut alors être demandée à Fanvoice. Elle prend le plus souvent la forme simple d’un rapport PowerPoint de 20 slides. Mais que contient-elle vraiment ? Quelle valeur apporte-t-elle à la marque, voire à la relation marque – communauté, qui peut aussi se nourrir des enseignements issus de projets menés ensemble ?

  1. La valeur de l’analyse des données d’un projet de co-création.

Avant de détailler les différents apports de l’analyse des données produites par la communauté, rappelons que Fanvoice, dans son approche du marketing communautaire, propose 3 grandes familles de projets : les campagnes d’idéation, les campagnes de test de concepts et les campagnes de bêta-test de produits ou services. La mise en œuvre, le plus souvent de manière alternée, de ces trois familles de projet permet en effet de couvrir l’ensemble du spectre de l’innovation, mais aussi des processus d’amélioration continue ou encore d’écoute, qu’elle soit écoute clients ou écoute citoyenne.

Analyse de co-création

2.1. La valeur d’une analyse issue d’un projet d’idéation :

Une idéation est un exercice projectif, une projection dans l’avenir, une exploration d’un univers d’attentes, de tendances et de possibles.

“Inventez le bien être à la française en 2032!” https://www.edfpulseandyou.fr/epv/futur/ Voici un sujet proposé par un grand énergéticien à sa communauté, afin d’explorer à la fois les grandes attentes des français, leurs représentations de l’avenir, mais aussi le rôle assigné à la marque dans cet environnement futur.


Au-delà du milliers d’idées et commentaires recueillis, quelle a été la valeur créée ?

Bons nombres d’enseignements liés à la position de la marque restent confidentiels, mais apprenons déjà que 2032 sera marquée, dans la vision de la communauté, par un développement des énergies renouvelables, un essor technologique des objets connectés, mais un essor cadré par une volonté de “consommation intelligente.” 

Quel apport pour la marque ? Un univers d’attentes, un spectre de valeurs, des besoins et des exigences à satisfaire, un style de vie à atteindre… autant d’insights qui potentiellement guideront la conception et la promotion de nouveaux produits ou services.

analyse-verbatim

Exemple de visualisation des insights par la cartographie Insights Map Fanvoice

2.2. La valeur d’une analyse issue d’un projet de test de concepts :

Un grand acteur de l’assurance souhaite proposer de nouveaux services de prévention santé au travail (https://www.monassurancecitoyenne.com/sante-entreprise/idees/). Il conçoit alors 5 concepts mêlants des applications à des services ou à des produits innovants et les soumets à sa communauté, par l’invitation suivante :

Prendre soin de vous pour rester en bonne santé.”

Valeur apportée par l’analyse de près de 2000 idées et commentaires ? Chaque concept est passé au crible d’une évaluation qui relate :

  • sa pertinence intrinsèque (répond-il à un besoin avéré?),
  • ses avantages et ses inconvénients,
  • ses usages futurs (conditions d’utilisation imaginées),
  • ses optimisations possibles,
  • ses conditions de succès.

Concernant par exemple le concept d’un “Nutritionniste dans sa poche”, l’analyse révèlera, dans la perception communautaire, la dimension sociétale de l’enjeu, l’impérieuse envie de connaître ses propres besoins physiologiques, de gérer les effets de son stress ou encore de bénéficier d’une expertise médicale associée.

Par ailleurs, sur l’ensemble des concepts proposés, apparaîtra la force d’une pratique collective, la nécessité de mesurer ses progrès pour se motiver, ou encore le besoin d’être guidé vers les lieux ressources, qui constituent le l’environnement favorable à une meilleure alimentation …

Bilan pour la marque : les concepts sont hiérarchisés, la marque sait sur quelles initiatives elle est légitime et attendue. Elle identifie les conditions de succès et anticipe les potentiels risques de rejets. Elle peut décider, de manière éclairée, quels services elle va développer.

2.3. La valeur d’une analyse issue d’un projet de bêta test :

Après avoir identifié au sein de sa communauté un puissant insight concernant un besoin d’air pur, cet énergéticien propose directement aux membre de sa communauté de tester chez eux, au quotidien, un vrai purificateur d’air (https://www.edfpulseandyou.fr/purificateur/teqair/) !

Chacun reçoit son appareil, le branche, puis vient jour après jour, s’exprimer sur la plateforme Fanvoice.

Après la collecte de près de 2 000 idées et commentaires, l’analyse révèle la richesse d’un retour d’expérience en situation réelle :

  • mode d’appropriation par les utilisateurs,
  • usages réels après plusieurs semaines d’utilisation,
  • arguments clés du discours de promotion,
  • questions restées en souffrance,
  • objections potentielles par rapport à la technologie utilisée.

Bénéfices pour le concepteur de l’appareil ? Un cahier des charges précis pour la version suivante du purificateur. Une version qui sera sans doute enrichie d’un monitoring de l’action de purification, d’un système d’alerte anti-polluants ou encore de compatibilités avec la domotique de la maison. 

Idéation, test de concepts, bêta-test : ces méthodologies permettent donc de révéler de précieuses informations pour les marques, mais que deviennent ces dernières après avoir été stabilisées dans un livrable ?

  1. La diffusion de l’analyse des données produites lors des projets

Il serait réducteur de considérer que la démarche de co-création ne se joue que ponctuellement, au moment d’un projet, entre la marque et sa communauté.

La co-création est en effet une posture plus globale qui prendra davantage de puissance si elle diffuse, dans un premier temps, dans la relation communautaire et dans un second temps dans le partage des enseignements au sein des départements de la marque.

Le retour d’une partie des enseignements à la communauté semble une évidence mais il peut cependant être négligé. Si chaque fin de projet voit les participants chaleureusement remerciés et si chaque projet suivant comporte l’enthousiasme de la nouveauté, faire le lien entre les projets, montrer que les besoins ont été écoutés et pris en compte, vient profondément nourrir la qualité de la relation communautaire. Nombreux sont les membres qui identifient ces enchaînements et remercient d’approfondir un sujet qui leur tient à cœur. Les bonnes pratiques Fanvoice recommandent donc toujours de partager un retour, même partiel, sur les projets menés et de toujours valoriser le lien entre un nouveau projet et les enseignements issus du précédent.

Analyse sémantique- synthèse de campagne

Comme par exemple ICI avec la réalisation d’une infographie des principaux enseignements.

“Le premier ROI pour nous c’est le désilotage !”  Voici comment nos clients décrivent souvent la valeur créée par un projet. Dans le prolongement de la dynamique de co-création, l’analyse et la stabilisation des résultats favorise le partage entre différents métiers : le marketing, le design, la communication, le digital, la direction générale …

Ce partage d’une analyse menée par un tiers, indépendant des jeux habituels de l’organisation, favorise le plus souvent l’acceptation d’un état des lieux, ainsi que la prise de décision qui s’ensuit. L’analyse déclenchera un Go / No go sur la commercialisation d’un produits ou service, un chantier d’optimisation, une nouvelle orientation stratégique.

Pour Fanvoice, c’est même la capacité de la marque à mettre en oeuvre un nouveau projet ou une optimisation qui constituera la valeur réelle de l’ensemble d’un projet. A cet effet, Fanvoice aura toujours à coeur de proposer l’accompagnement des résultats au sein des organisations.

Stéphan Robert de Montgrand

Directeur des études

Fanvoice

Share

Co-création : la Caisse d’Epargne réinvente la relation avec ses clients

relation client co-création banque Caisse d'Epargne

La Caisse d’Epargne Loire-Centre a récemment lancé une campagne de co-création avec ses clients, avec pour ambition de réinventer la relation idéale entre LE client et sa banque.
Dans un contexte d’amélioration continue de la relation client, et de ses offres, la Caisse d’Epargne souhaite placer le client au coeur de ses projets.
Ainsi, les clients de la Caisse d’Epargne Loire-Centre sont appelés à s’exprimer librement et donner leur avis à travers ce site collaboratif. Le sujet ? Eux, leurs préoccupations et leurs attentes en terme de relation bancaire : quels services pourraient leurs simplifier la vie ?

Le client est même guidé dans ses démarches de “revendication” puisque la banque lui propose 4 thèmes clés sur lesquels il est invité à réagir :

  • joindre votre banque
  • gérer vos comptes et vos opérations quotidiennes
  • être conseillé
  • l’agence du futur

relation client co-création banque Caisse d'Epargne

Au fur et à mesure que les clients publient leurs feedbacks, les autres clients peuvent lire les remarques, voter pour les idées et les commenter afin d’enrichir les contributions. Cerise sur le gâteau, chaque contribution rapporte des points et chaque vote sur une idée augmente considérablement le nombre de points obtenus. Ainsi, les idées jugées les plus pertinentes par la communauté de clients permettront à leurs émetteurs de gagner des récompenses High-Tech (enceinte Bluetooth, bracelet connecté etc).

Depuis le lancement de cette campagne, ce sont déjà plus de 617 idées et commentaires qui ont été publiés ! La campagne est ouverte pendant 3 mois (du 1er septembre au 30 novembre), et même si seuls les clients ont été invités directement à participer, le site est accessible à tous, il suffit de s’inscrire.

D’ailleurs si vous êtes curieux, vous pouvez aussi apporter votre pierre à l’édifice en proposant une idée, peu importe si vous êtes client d’une autre banque.

Empowerment : plus de pouvoir au client

Cette démarche originale dans le secteur bancaire, n’est pas de la pure communication : les client ont de vraies attentes et veulent se faire entendre, cette initiative est l’occasion de leur donner le moyen de s’exprimer facilement, et de se réunir entre clients pour que leur message soit mieux entendu. Plus de pouvoir au client ? On appelle ça l’empowerment !

En effet à l’issu de la campagne, toutes les idées et commentaires seront VRAIMENT analysés , afin d’identifier des attentes communes des participants et des sujets d’amélioration prioritaires.  Chaque idée et commentaire a de l’importance et sera pris en considération dans une réelle volonté d’amélioration de la relation client.

Pour faciliter l’analyse de plusieurs centaines de feedbacks, la Caisse d’Epargne s’appuiera notamment sur une technologie de “Text Mining” / analyse sémantique proposée par la plateforme participative FANVOICE.

relation client co-création banque Caisse d'Epargne

Share